Pour le Réseau des médecins de districts du Cameroun, ceci participera à l’obtention des soins de santé de qualité.

Lorsque l’on aborde l’aspect de la qualité des soins dans les hôpitaux publics, le Dr Roger Etoa ne se fait pas prier pour en parler, sans ambages. « La qualité des soins est une démarche qualité. C’est-à-dire que la qualité ne se décrète pas mais elle s’améliore au quotidien.  Et pour améliorer la qualité il faut travailler sur la formation », déclare le médecin du Travail et de Santé publique. Selon celui qui est par ailleurs président exécutif réélu du Réseau des médecins de districts du Cameroun (Remedic), « Un médecin qui est isolé en zone rurale, qui n’est pas au courant des nouvelles techniques, découvertes sur le plan scientifique perd aussi en compétences. Il faut donc la formation continue des professionnels de santé pour que nous puissions homogénéiser les niveaux des professionnels de santé que ce soit en zones urbaines ou rurales. Nous voulons également que les pouvoirs publics par notre plaidoyer, puissent renforcer les plateaux techniques des zones périphériques parce que c’est un problème sérieux ». Réunis en assemblée générale ordinaire de leur réseau le 16 février 2019 à Yaoundé, il a déploré le fait que depuis une vingtaine d’années, les moyens financiers et matériels alloués aux districts s’amenuisent. « Et c’est un problème. Nous travaillons dans des districts de santé où il n’y a même pas de chaine de froid, de matériels roulants, où les hôpitaux sont délabrés, où il n’y a pas de ressources humaines. C’est un problème et nous voulons alerter les pouvoirs publics pour qu’ils puissent prendre le problème à bras le corps », a énuméré ce dernier.

Voilà pourquoi pour lui, sur la base de ce que la stratégie sectorielle de santé camerounaise est basée sur districts de santé, « Il faut les relever. Tous les moyens ne peuvent pas continuer à rester au niveau central ou au niveau intermédiaire. Les moyens doivent aller aux sites d’action c’est-à-dire les districts de santé. C’est pourquoi nous allons engager ce plaidoyer pour que cette situation soit résolue ». Ce qui passe par un plan d’actions 2019 adossé sur quatre axes stratégiques. Le Remedic ambitionne par exemple de réaliser une analyse situationnelle des districts de santé au Cameroun. « Aujourd’hui, fort de notre expérience sur le terrain, nous voulons aller plus loin. Nous voulons proposer des idées et actions aux pouvoirs publics et à tous les partenaires au développement qui n’ont pas toujours connaissances des réalités à faire. C’est pourquoi nous voulons dépasser le cadre des interfaces sur les réseaux sociaux pour proposer un cadre à tous ces partenaires et pouvoir public des actions contraintes à faire ». Le Remedic est une organisation née en 2016 et qui est à la fois un thing thank pour penser, faire germer les idées, des propositions; une organisation qui peut aider les décideurs à prendre des décisions adéquates. Cette organisation rassemble des professionnels de santé tels que les médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes, qui peuvent concourir à renforcer les districts de santé sur lesquelles est davantage basée la Stratégie sectorielle de santé (SSS) 2016-2027.