Face aux propositions du Minmap et les orientations de la Primature jugées irrecevables par le Minsanté, l’entreprise crie à l’injustice et au scandale. Elle vient donc de saisir le Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) et la Commission nationale anti-corruption (Conac).  

L’attente a été longue pour les populations des régions du Sud, de l’Ouest, de l’Est et de 12 districts de santé du Littoral. Le 13 juin prochain, elles recevront finalement les moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda), avec près de trois mois de retard. Initialement prévue du 27-31 mars 2019, la première phase de distribution des 3 millions 766 mille 299 comptants pour la première phase de cette campagne sera officiellement lancée dans la région de l’Est. L’opération va se dérouler jusqu’au 17 juin.

Mais loin de ce terrain, la bataille souterraine qui oppose le consortium constitué des Ets Ndongo Essomba et la Société Top Phyto Sarl, aux autorités sanitaires ne baisse pas en intensité. Au centre de cette guéguerre : le contrôle du marché du transport des Milda destinées aux régions du Nord et de l’Adamaoua (lot 3). Ce marché, d’une valeur d’environ 400 millions de FCFA, relatif à la 2e phase de la 3ecampagne nationale de distribution gratuite de cette pièce a finalement lui aussi, été confié au Programme alimentaire mondial (PAM), tel que l’indique le Dr Dorothy Achu, Secrétaire permanent du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp).

Contestation

Mais cette décision du ministère de la Santé publique (Minsanté) est vivement contestée par l’entreprise chapeauté par l’homme d’affaire Ndongo Essomba, par ailleurs tout puissant président du groupe parlementaire RDPC à l’Assemblée nationale du Cameroun. D’où le recours en contestation de la décision d’infructuosité de l’appel d’offres national introduit par cette entreprise auprès du ministère des Marchés publics (Minmap). Les Ets Ndongo Essomba justifient ce recours par le fait que dans ce dossier, Manaouda Malachie l’avait déclaré seul candidat admis pour la suite de la procédure, devant les quatre autres entreprises soumissionnaires (dont Boka Engineering Company Limite, MAT Colis Express, Groupement AS Consulting/Touristique Express S.A et Société des Amis Sarl), toutes éliminées. C’était dans un communiqué du 25 janvier, portant publication des résultats de l’évaluation des dossiers administratifs et technique de l’Appel d’Offres susmentionné.

Le Minmap et le PM à la rescousse

Les manœuvriers du camps Ndongo Essomba ayant introduit ce recours en contestation semblent avoir du succès auprès de l’autorité tutélaire du système des marchés publics au Cameroun. Car, dans une correspondance du 29 avril dernier, Ibrahim Talba Malla, le ministre délégué à la Présidence de la République chargé des Marchés publics, demande à son collègue du Minsanté « l’attribution du lot 3 (Adamaoua, Nord : Ndlr ; d’une valeur de 200 millions de Fcfa chacun) au Groupement société des Ets Ndongo Essomba et Société Top Phyto Sarl et en déclarant infructueux les lots N°1 (Sud-Ouest : Ndlr), 2 (Sud et Est : Ndlr), 4 (Extrême-Nord : Ndlr) et 5 (Littoral : Ndlr)», écrit-il. Ceci, pour clôturer cet appel d’offres national ouvert le 24 septembre 2018 et sujet à des remous et micmacs. Dans la même correspondance, le Minmap demande par ailleurs au Minsante, « en raison des délais ainsi que de la sensibilité bien connue de ce dossier », de « procéder au lancement en procédure d’urgence de la deuxième phase de cette importante opération moyennant soumission du dossier de consultation de l’avis de non objection dudit bailleur de fonds ».

De plus, la demande d’établissement de contrat introduite par le même requérant au Premier ministère a été validée. C’est en tout cas ce que soutiennent les Ets Ndongo Essomba en se référant à une correspondance signée le 25 avril 2019 par le directeur du Cabinet du PM. « Le Premier ministre me charge de vous informer que le dossier a été transmis ce jour au ministère de la Santé Publique, pour régularisation. Vous voudrez bien vous rapprocher de ce département ministériel pour la suite de la procédure », lit-on dans cette correspondance.

Contre-attaque du PNLP

Au Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), les propositions du Minmap et les orientations de la Primature sont jugées irrecevables. « Nous avons aussi répondu au Minmap. Ce n’est pas notre argent mais celui du bailleur de fonds qui attend l’atteinte de ses objectifs », retorque le Dr Dorothy Achu. D’ailleurs, depuis le 13 mai 2019, « la procédure afférente à l’Appel d’Offres N°009/AONO/MINSANTE/CSPM/PNLP/18, pour le transport de 11, 102 millions de MILDA dans huit régions, a été déclarée infructueuse » par le Minsanté.

Touristique S.A tire son épingle du jeu

Un véritable pied du nez des officiels au groupement Ndongo Essomba. Ce d’autant plus que dans les régions de l’Est et du Sud, en lieu et place du PAM, c’est plutôt des concurrents de Ndongo Essomba tels que Touristique Colis Express SA, éliminé du processus pour absence de d’agrément de transport des marchandises divers, qui assurent le transport du lot 2, consistant à acheminer les Milda vers les Aires de santé et autres points de distribution.

Embarras

Au Pnlp, le sujet embarrasse. « Peut-être le PAM a de nombreux sous-traitants. Il a forcément sa liste locale et leurs transporteurs agréés qu’il utilise », indique, le Dr Dorothy Achu, la SP du Pnlp. Cette dernière reconnait néanmoins que cet organisme onusien ne dispose pas « de son système logistique qui viendra de l’Europe ou des Etats-Unis. Nous avons simplement traité avec le PAM et le transport de ces Milda est en train de se faire effectivement. C’est le plus important pour nous ».

Et de s’interroger : « Si les moustiquaires seront livrées, pourquoi les gens veulent savoir qui est le transporteur ?». Dans tous les cas, le groupement Ets Ndongo Essomba et Société Top Phyto Sarl qui crie au scandale, ne lâchent pas prise. Il vient d’ailleurs de saisir le Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) et la Commission nationale anti-corruption (Conac) au sujet de ce marché. Entre temps, le Minsanté a consenti d’attribuer un lot de consolation au groupement des Ets Ndongo Essomba. Il s’agit du contrat de transport des Milda dans les régions du Sud-Ouest. Le montant dudit contrat est de 80 millions de FCFA.