Après la longue impasse de 11 (interminables) mois, les sœurs siamoises Merveille seront opérés à Lyon le 7 novembre 2019, aux frais de l’Etat.

 11 mois. C’est le temps qu’auront attendues Merveille I et Merveille II pour bénéficier de leur évacuation sanitaire. Ces bébés siamois de sexe féminin, nées d’une famille démunie le 6 novembre 2018, bénéficieront d’une opération chirurgicale pour les séparer et leur donner une chance de survie, le 7 novembre prochain au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Lyon. Une équipe médicale constituée d’un collège des spécialistes les y attend.

Après des moments de doutes, d’incertitudes et de lassitude, l’espoir est donc de mise au sein de cette famille. « J’ai passé la journée (lundi 14 octobre : Ndlr) au ministère des Finances pour les dernières formalités. Tout est déjà bouclé pour qu’elles puissent partir », confie Eric Abé, l’oncle des bébés siamois. Le départ pour Lyon en France, est prévu le 4 novembre. Laurelle Ngali et ses fillettes vont passer un séjour de six mois dans cette ville située à l’Est de la France. Un temps nécessaire pour le suivi post-opératoire.

D’ores et déjà, les espoirs sont tournés vers l’équipe médicale de Lyon. La réussite de cette lourde et très complexe opération chirurgicale nécessite une batterie de spécialistes: chirurgiens pédiatriques, chirurgiens cardiologues, chirurgiens vasculaires, anesthésistes réanimateurs, infirmiers de blocs… Ce d’autant plus que le temps ne joue plus en la faveur des siamoises Merveille internées depuis le 11 novembre 2018 au service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé (HGOPY).

En réalité, l’opération chirurgicale visant à séparer ces deux fillettes reliées au niveau de l’abdomen, « devrait, de préférence, se faire à l’âge de deux à quatre mois », expliquent certains spécialistes. D’après ceux-ci, à ce stade les bébés peuvent mieux se stabiliser et permettre aux équipes chirurgicales de faire un bilan très précis afin de mieux préparer l’intervention. Mais, l’impasse et les lenteurs des officiels camerounais ont plombé ce dossier d’évacuation dont le coût est évalué à 67 millions de Fcfa, supporté par le gouvernement camerounais.

Toujours est-il que si cette lenteur administrative a inéluctablement compromis les chances de réussite de cette intervention chirurgicale, il y a toujours lieu de croire à la survie de ces bébés qui ne demandent qu’à vivre malgré l’indigence de leur famille. Le Pr Angwafo III Fru Fobuzshi, directeur de HGOPY explique que pour ce cas précis, « le foie étant fusionné partiellement, la séparation est possible ».

En rappel, les bébés siamoises Merveille sont nées le 6 novembre 2018 dans un centre de santé à Ayos. Les deux fillettes sont reliées au niveau de l’abdomen. C’est mal en point qu’elles ont été transférées à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, pour une meilleure prise en chargeDepuis lors, une chaîne de solidarité s’est déclenchée en vue d’apporter du soutien à cette famille démunie en détresse. Vivement que cet engagement des âmes de bonnes volontés et des pouvoirs publics redonne du sourire à Laurelle Ngali ainsi qu’à ses deux Merveilles…